Publié : 5 février 2013
Format PDF Enregistrer au format PDF

Le vote pour tous ?

Le vote pour tous ?

Le vote des étrangers en France est un débat d’actualité entre la Gauche et la Droite. Les hommes politiques qui sont pour (François Hollande et son parti politique) disent que c’est une question d’égalité et de justice car les étrangers sont parfois présents ici depuis de nombreuses années et payent des impôts ; ils maîtrisent aussi parfaitement la langue pour certains. On notera aussi que certains États européens l’accordent, par exemple les pays scandinaves, les Pays-Bas et la Belgique où les étrangers ont le droit de voter aux élections municipales (après une certaine durée de séjour dans ces pays).

Ceux qui sont contre ce projet (Marine Le Pen et Nicolas Sarkozy) expriment leur avis en avançant que « le droit de vote est un droit indissociable de la citoyenneté ». Selon eux, ce serait un refus des étrangers de s’intégrer car il suffirait qu’ils se fassent naturaliser français, pour pouvoir voter. Ces responsables politiques pensent qu’en votant aux scrutins municipaux, ils auraient une influence indirecte sur la composition du Sénat puisque les sénateurs sont élus par les maires, les députés, les conseillers régionaux et généraux.

 

  nationalite-citoyennete-identite.comnationalite-citoyennete-identite.com v nationalite-citoyennete-identite.comnationalite-citoyennete-identite.comvnationalite-citoyennete-identit

 ><<

Pour Contre

- Questions d’égalité avec les Français ;

- Question de droit et de justice : les étrangers qui ont vécu en France depuis un certain temps parlent français et payent des impôts ;

- Certains États d’Europe l’accordent donc pourquoi pas la France ;

- Les étrangers devraient avoir le droit de voter aux élections municipales selon une loi qui n’a jamais était appliquée.

 

 

- Le droit de vote est un droit indissociable de la citoyenneté française ;


- En élisant les maires, ils élisent indirectement le Sénat .
 

- Ils doivent être naturalisés français s’ils veulent voter.
 

- Le refus de la naturalisation équivaut à un refus de s’intégrer ; il n’y a donc pas de raison de leur accorder le droit de vote.

 


Source : http://nationalite-citoyennete-iden...

 

Emmy Lemonier, Mohamed Adil et Julie Valet