Publié : 13 juin 2013
Format PDF Enregistrer au format PDF

Frédéric Lafond, journaliste citoyen

L’intervieweur interviewé

Le 09 Avril 2013, une équipe de France 3 est venue dans notre lycée attirée par l’originalité et la diversité des activités qui y sont proposées. J’ai donc profité de l’occasion pour interroger Frédéric Lafond, journaliste depuis 1991. J’ai appris qu’il connaissait personnellement notre proviseur et c’est ainsi que l’idée de filmer les projets du lycée Marc Bloch lui est venue. Son équipe composée de Eric Lombaert (journaliste reporter d’Images JRI) et Ivan Waskowit (opérateur de prise de son) s’est intéressée par exemple au Visio grec ou à l’atelier Science sup. Cela a été diffusé sur France 3 aux journaux du 19/20h (du 13 au 17 Mai 2013).

Frédéric Lafond a été intéressé par le journalisme très tôt. Il pensait tout d’abord commenter des matchs de football à la télévision. Après le lycée, il fit 5 ans d’études supérieures en histoire pour passer ensuite le concours et exercer son métier. Aujourd’hui il y a un grand nombre de médias différents comme la télévision, la radio, la presse écrite, internet. Il hésita entre la radio et la télé, les deux médias proposés par France 3. Frédéric Lafond, âgé de 47 ans,  est un journaliste de terrain, d’encadrement, il travaille pour la télévision mais ne montre pas son image. Un choix personnel, de plus cela lui permet d’être dans le vif du sujet. Un métier où l’on en apprend tous les jours m’expliqua t-il.

Le journalisme est un moyen de s’intéresser à tous les sujets. Frédéric Lafond aime parler et faire découvrir l’histoire, l’éducation, l’environnement. Il défend la cause des ouvriers, s’intéresse à l’architecture, l’agriculture (le bio), la politique. Il faut être ouvert à toutes les propositions et être attentif aux événements. Cependant le métier de journaliste requiert une certaine force de caractère. Les sujets sont choisis à 95% par lui même et souvent le matin. Il lui arrive tout de même de traiter des sujets plus difficiles comme un procès où il faut écouter des atrocités, par exemple le procès d’Evreux était un peu sordide.

 

Eric Lombaert et Ivan Waskowit, membre de l’équipe de Frederic Lafond interviewant Annaëlle Sablière.

Je remercie Frédéric Lafond de m’avoir accordé son temps et d’avoir répondu à mes questions.

Pauline Sebire (507)

 

Portfolio automatique :