Publié : 14 juin 2013
Format PDF Enregistrer au format PDF

Panique au marathon de Boston.

Un attentat prémédité.

Au cours du marathon de Boston du 15 avril 2013, à 14 h50 une première explosion a été ressentie suivie d’une deuxième 13 secondes plus tard. Trois personnes ont été tuées sur le coup et 183 autres ont été emmenées à l’hôpital pour des blessures plus ou moins graves.


JPEG - 11.3 ko

Suite à ces détonations, les forces de l’ordre sont tout de suite intervenues. Les enquêteurs ont fouillé les décombres et collecté les éléments utiles afin de savoir comment les bombes ont été confectionnées. Des suspects ont été repérés grâce aux caméras de surveillance et un appel à témoin a été émis. Des images ont été publiées et les suspects ont été identifiés. Les frères Djokhar et Tamerlan Tsarnaïev (âgés de 19 et 26 ans) ont braqué une voiture et son conducteur pour se rendre à New-York, où ils avaient prévu de refaire un attentat à Time-Square. Cependant, le conducteur s’est échappé et a prévenu la police. Commence alors une course-poursuite où l’un des suspect est tué et 15 policiers sont blessés. Son frère s’enfuit, les autorités décident alors de "barricader" la ville avec 9000 agents de police. Chaque maison est inspectée et les autorités ont conseillé aux habitants de rester chez eux. Djokhar Tsarnaïev est découvert sous une bâche de bateau alors que le couvre-feu venait d’être levé. Après interrogation, il encoure la peine de mort pour « usage et complot d’utilisation d’une arme de destruction massive contre des personnes et des biens aux Etats-Unis ayant provoqué la mort » et « destruction volontaire de biens au moyen d’un engin explosif ». Selon CBS, un message aurait été laissé par un des suspects sur le bateau disant : "les attentats étaient des représailles aux crimes américains contre des musulmans dans des endroits comme l’Irak et l’Afghanistan et que les victimes des attentats de Boston étaient des victimes collatérales, de la même manière que des innocents sont des victimes collatérales des guerres menées par les Etats-Unis à travers le monde".

JPEG - 36.9 ko

Que peut-on en retenir ?

 Après ce drame, plusieurs villes ont renforcé la sécurité, comme New-York, Washington et San Francisco. Les Etats discuteront peut-être plus entre eux du problème des terroristes venant dans un pays étranger, car selon certaines informations, Moscou aurait retenu des renseignements sur l’un des frères responsables de l’attentat qui aurait envoyé des messages.