Publié : 17 juin 2013
Format PDF Enregistrer au format PDF

Un soldat massacré dans une rue de Londres.

Le 22 mai 2013 un militaire britannique a été abattu à coups de poignard et de hachoir alors qu’il marchait dans la rue.

La police londonienne a arrêté deux hommes, Michael Adebolajo et Michael Adebowale, peu après cette tuerie. Ils ont été hospitalisés après avoir été blessés sur le lieu du crime où a péri le soldat Lee Rigby, âgé de 25 ans. La piste terroriste est très prise au sérieux par la police. Les agents ont précisé que la victime avait été percutée par une voiture avant d’être poignardée. Michael Adebolajo avait été arrêté au Kenya en 2010, la police le soupçonnait d’avoir voulu rejoindre les islamistes shebab. Les suspects ont été filmés, sur leur demande, pendant leur acte criminel. Ils sont maintenant devant le tribunal de Westminster, où Michael Adebolajo a refusé de se lever et a déclaré « Je veux m’asseoir, Je voudrais soulager la douleur, si je peux » en levant son bras blessé et en embrassant le Coran. L’autre suspect , celui qui a comparu dans la vidéo, a été inculpé d’homicide et détention d’armes à feu.

Peut-on craindre de nouvelles tueries de ce genre ?

On peut répondre par l’affirmative d’autant plus qu’une agression à l’arme blanche a été commise 3 jours seulement après la tuerie de Londres sur un militaire dans une gare de Paris. Des questions se posent sur une piste terroriste à propos de l’agresseur qui a pris la fuite aussitôt son forfait commis. Mais aucun lien n’a été fait avec le meurtre du soldat de Londres.