Publié : 6 juin 2013
Format PDF Enregistrer au format PDF

Le don du sang, un geste vital

Le 14 juin prochain, nous fêterons la journée mondiale des donneurs de sang, pourquoi est-ce que vous n’en feriez pas partie ?

Je vous rédige aujourd’hui un petit mot pour vous informer sur le don du sang, malheureusement trop peu fait, je souhaite vous expliquer la démarche et vous faire prendre conscience de l’importance de ce geste que vous pouvez faire une fois devenu majeur lorsque les établissements du sang passent au lycée.


Pourquoi un don du sang ?

Certaines maladies comme certains cancers nécessitent des injections régulières de produits sanguins ; des poches de sang doivent être disponibles lors des accidents pour maintenir en vie les blessés qui ont perdu beaucoup de sang. Par ailleurs, le sang donné ou ses composants peuvent être utilisés pour la recherche médicale.
Selon l’EFS Normandie, il faudrait 500 dons par jour pour répondre aux besoins des patients de la région, et un million de patients sont soignés en France par an grâce aux dons.

Qui peut devenir donneur de sang ?

Toute personne qui a entre 18 et 70 ans est apte au don du sang, néanmoins il y a des conditions générales : être en bonne forme physique, ne pas avoir une maladie virale les deux semaines précédant le don, peser au minimum 50 kg, ne pas avoir de maladie grave, n’avoir pas changé de partenaire sexuel dans les 4 mois qui précédent le don, et ce même si il y a eu rapports protégés. Pour les hommes, il faut ne pas avoir eu de rapports avec un autre homme. Pendant l’entretien avec le médecin, d’autres points sont abordés.

Les étapes pour le don du sang

5 étapes pour le don du sang : l’inscription, le questionnaire, l’entretien avec le médecin, le don et la collation. Important : à n’importe quel étape avant le don, on peut se désister sans problème.

Première étape : L’inscription.
Même avec toute la bonne volonté du monde, je vous avouerai qu’on a toujours un peu la boule au ventre avant d’entrer dans l’EFS. Au Havre (je suis étudiante au Havre), il est possible de venir sans rendez-vous.
On se dirige vers l’accueil et informons l’hôtesse de notre volonté de donner. Lors du premier don, elle nous demande quelques informations basiques : notre nom, notre date de naissance, adresse etc. tout en vérifiant à l’aide notre carte d’identité. Elle demande également si nous nous sentons suffisamment en forme pour faire un don.
Une fois les informations renseignées, une feuille est imprimée avec les informations (la seconde fois, la feuille indique en plus notre groupe sanguin et des résultats sanguins obtenus lors de notre premier don), nous devons vérifier les données puis signer. Ensuite, elle donne un document expliquant ce qui sera fait de notre sang et nous devons choisir si nous acceptons que notre sang puisse être utilisé pour des tests médicamenteux.
Enfin, nous recevons un questionnaire et une petite bouteille d’eau. (Boire et manger est essentiel avant).


Deuxième étape : le questionnaire.
On se rend dans une petite salle et on commence à remplir un petit questionnaire de quelques minutes, avant un entretien en privé avec un médecin. Une quarantaine de questions sont posées : avez-vous voyagé hors d’Europe une fois dans votre vie et lors des 4 derniers mois ? Avez-vous pris des médicaments dernièrement ? Avez-vous été malade ? Avez vous fait un piercing ou tatouage ces 4 derniers mois ? Antécédents médicaux, familiaux, un éventuel changement de partenaire sexuel… Une réponse à une question peut vous rendre inapte au don. Je connais une fille qui s’est faite refuser car elle était spasmophile. Je vous avouerai que certaines questions ne sont pas évidentes, et on ne peut pas toujours tout savoir. Il vaut mieux en parler avec le médecin en entretien plutôt que de répondre n’importe quoi.


Étape troisième : l’entretien médical.
En privé, le médecin vérifie notre motivation et si le don ne nous présente pas de danger. Il reprend le questionnaire sur quelques questions, vérifie notre identité et les informations données à l’accueil, nous pèse, prend la tension et lors du premier don, nous mesure et fait une petite piqûre au bout du doigt pour le taux d’hémoglobine. C’est à ce moment qu’est fixé la quantité de sang à prélever.


Quatrième étape tant attendue : Le don en lui-même.

Attention âmes sensibles !
On se retrouve dans une grande salle pleine de lits. Un infirmier nous demande de quel bras on veut être piqué (personnellement je n’ai pas eu le choix, il était plus facile me piquer du bras droit), on s’installe sur leur « lit », les médecins et les infirmiers installent leur petite machine avec la poche vide près de nous. L’infirmier nous fait un petit garrot et part à la recherche d’une veine. Une fois trouvée, désinfection, petite balle à malaxer dans la main pour nous, et… On pique ! (Le médecin nous conseille de ne pas regarder). Quelques instants après la piqure, on nous redemande notre nom, prénom et date de naissance.


Alors LA question : est-ce que ça fait mal ? Avec Raphaëlle, mon amie qui a donné en même temps que moi, nous sommes toutes les deux d’accord pour dire que la piqure peut faire mal au début (surtout si on est mal piqué), mais vraiment une fois l’aiguille fixée, on ne sent plus rien. Après, chacun sa sensibilité… Et j’aurais tendance à dire que le jeu en vaut la chandelle !
Le prélèvement dure environ une quinzaine de minutes dans mon souvenir, mais ça dépend des personnes. Si on est courageux, on peut regarder la poche se remplir petit à petit avec le sang qui est balancé par la petite machine, c’est assez beau à regarder. Les infirmiers et médecins sont toujours là à demander si ça va, si on a besoin d’eau, à vérifier le sang, le bras… Au moindre malaise, ils arrêtent.
Une fois la quantité voulue prélevée, ils « coupent » les tuyaux avec une espèce de pince, on enlève l’aiguille, compresse voire crème anti-bleu, on attend quelque peu pour voir s’il n’y a pas de malaise et on se rend dans la salle de collation, dernière étape. Même si on n’a pas faim, il est important de manger un peu et il faut absolument boire beaucoup après.
Concernant la fréquence de don du sang, les hommes peuvent le faire 6 fois par an et les femmes 4 fois, en respectant un délai de 8 semaines entre chaque don. Après chaque don, il est important de signaler le centre de toute maladie qui se déclenche les 15 jours suivants et de ne pas faire d’efforts importants juste après. Et au deuxième don, on reçoit une jolie petite carte de donneur à présenter aux prochains dons. Voici celle que nous avons reçue de l’EFS Normandie :

J’espère que cet article vous rassurera et vous motivera à faire ce don du sang au lycée ou ailleurs. 

Linda LOU

Lien vers le site de l’EFS pour rechercher les centres de don : http://www.dondusang.net/rewrite/site/37/etablissement-francais-du-sang.htm?idRubrique=756